Les réponses de Yannick Blay

Jurez de dire la vérité toute le vérité rien que la vérité autant que vous le pouvez. Levez la main droite et dites : je le jure.

Doit on connaitre la vie pour dire la vérité?

Le mensonge, c’est la vie.

Doit-on connaître la vie pour dire la vérité?

Sans doute. Plus on grandit, plus on se connaît et plus on dit la vérité.

Est-il préférable de la connaître, la vérité?

Dans certains cas. Mais en général, je préfère le mensonge. Encore une fois, le mensonge, c’est la vie… Et l’inventivité.

Votre mémoire est-elle à vous?

Elle m’appartient totalement. Mais j’aime la partager, par souci narcissique et par désir d’immortalité.

L’ amour est il le contraire de la haine?

On ne peut haïr que ce qu’on a aimé jadis. Donc, non. Le contraire de la haine serait plutôt le dédain, à mon avis.

La liberté existe-t-elle?

Je ne crois pas. Mais l’illusion de liberté est plus prégnante dans certains états (ou états d’âme) que d’autres.

Êtes vous libre?

Non, pas tout à fait, même si je m’efforce de l’être depuis mon adolescence. Je me sens en tout cas libre de penser ce que je veux, tant que la cage formatée depuis mon enfance et qui emprisonne mon cerveau écarte un tant soit peu ses barreaux.

Le destin des pauvres se joue-t-il autrement que le destin des riches?

Le destin de tout un chacun, c’est la mort. Donc, non. Mais la vie des riches est plus simple et moins contrariante… Pensez vous que nous avons chacun un destin? «Le seul don du destin aux hommes, c’est la mort» (c’est de Paul Valéry, merci Google, je ne me souvenais plus qui avait dit ça). Je ne crois en rien d’autre.

Le style, est ce « in vivo » ou « in ovo »?

De quel style parle-t-on? Le mien, celui qui me définit, est dans l’œuf mais ne demande qu’à éclore, in vivo.

La magie est-elle une illusion?

La magie artisanale, oui. Mais pratiquée en tant qu’Art ou dans l’Art, elle devient alors une magnifique allusion (voire collusion, parfois) des sens plus qu’une illusion d’optique.

Sommes-nous profonds?

Qui ça? Moi, je pense l’être, dans une certaine mesure. Ma profondeur d’esprit est abyssale, selon mes propres critères malheureusement limités. Mais mon esprit est aussi un puits sans fond qui ne demande qu’à être rempli sans cesse, sans espoir d’être un jour rassasié.

Le soleil est-il au fond de l’ univers?

Je souhaite de tout cœur qu’il soit au moins au fond de mon propre univers et qu’il me réchauffe le coeur. Les idées sont-elles des étoiles? Des étoiles filantes, pour sûr!

D’où vient ton désir?

Ah, cet obscur objet du désir! Et son insatiable origine née autant dans ma conscience mentale que dans mon inconscient frustré. Je suis toujours en manque de sommeil et de tous les plaisirs des sens et mon désir est relatif à cela, toujours et à jamais. La jouissance est-elle dangereuse? Je suis de la génération SIDA, donc oui. Dangereuse pour moi, pour les autres et c’est ce qui fait tout son attrait. La jouissance, comme le mensonge, c’est la vie.

La vie est-elle dangereuse?

Assurément!

On ne trouve jamais l’autre que dans soi-même?

Peut-être. En tout cas, je ne suis capable de me trouver qu’à travers l’autre. Sans le regard de l’autre, je n’existe pas.

Ou on ne se trouve soi même que dans l’autre?

Ah bah, je crois que je viens de répondre affirmativement à la question.

Être humain, est-ce possible?

Il semble que non. L’être humain semble incapable d’humanité, l’Histoire et l’actualité le prouvent.

Une vie peut-elle transformer le monde?

Oui, elle le peut. J’aurais aimé que la mienne transforme le Monde avec un grand M, mais je n’en ai pas les capacités physiques et intellectuelles. Ma vie transforme au moins mon propre univers et le monde que je me crée transforme en retour ma propre vie.

La mort est elle l’ ennemie de la vie?

A la fois son ennemie et son amie. Mort et vie, frères ennemis, donc? La mort nous attire comme elle nous répugne… Son contraire? Son complément plutôt, les deux formant les deux faces d’une même pièce. Un mal peut-il être délicieux? Oui, tout être humain est un minimum masochiste. Pour ma part, l’argent, la débauche et la perversion sont des maux parfois délicieux.

Es-tu un homme bon?

Non, je suis le mal incarné. Mais cela s’avère parfois délicieux pour moi, et même pour les autres, cela étant dit avec la plus flamboyante humilité!

Penses-tu qu’on s’ arrange avec le mal?

J’en suis persuadé. La preuve, je passe mon temps à cela!

L’univers est il un chaos ou quelque chose de soigneusement ordonné?

J’aime beaucoup l’iconique symbole du chaos, une étoile à huit pointes représentant les infinies possibilités de l’univers chaotique. Cette étoile symbolisant donc le chaos a un aspect et une forme des plus ordonnés. Cela correspond parfaitement à ma conception de l’univers, un chaos organisé. L’univers a été, il me semble, soigneusement ordonné dans le plus grand chaos.

Comment aimerais tu en finir?

D’un seul coup d’un seul, dans le plus grand chaos, avec une apparence des plus soignées.

Ton plus beau souvenir d’extase?

Le dernier en date.

De quelle couleur est la lumière?

Rouge flamboyant.

Une contribution de Yannick Blay.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

.

*
Publicités